Ma maison en bois

Publié le par Françoise Grenot-Wang

Construite en 2000, la Maison des minorités a été réalisée par des artisans Miao et Dong qui ont apporté leur savoir-faire de charpentiers, menuisiers, architectes du bois et de la tuile, selon leurs traditions ancestrales.

"Au printemps, les immenses troncs ont été transportés à dos d’homme jusqu’au terrain. Les plus gros troncs ont été réservés pour la charpente. Le charpentier Miao muni d’un stylet en corne de chevrotin trace des signes cabalistiques incompréhensibles pour la plupart des gens. Cette écriture différente des caractères chinois est connue uniquement des charpentiers. Les menuisiers ont découpé les planches à la scie, l’un au dessus et l’autre en dessous du tronc, dans un mouvement régulier de va et vient. D’autres ont taillé les poutres au couteau, pour leur donner la forme nécessaire, chacune d’elles ayant des mesures précises pour s’imbriquer les unes dans les autres, comme un grand jeu de construction, imbriqué en tenons et mortaises, sans un seul clou, afin que le bois ne se fende.

Un matin, le charpentier Miao est venu me prévenir : On va lever la charpente.
On fit venir un « maître des esprits » pour qu’il prononce les paroles qui portent bonheur aux habitants de la maison. Ensuite les éléments de la charpente ont été levés à l’aide de cordes par les charpentiers, les plus jeunes hommes grimpant sur l’échafaudage pour hisser les poutres qui sont peu à peu encastrées l’une dans l’autre. La charpente terminée, on fit alors éclater un long chapelet de pétards, suspendu à une poutre. Les esprits prévenus de la fête, on put ensuite célébrer l’événement joyeusement en organisant un banquet pour remercier tous les artisans. On tua un cochon, avec le sang duquel la base des piliers est badigeonnée, selon la tradition, afin d’assurer leur solidité. A l’automne, vingt mille tuiles grises furent transportées à la palanche par des femmes Miao. Les angles du toit légèrement relevés grâce à un support de plâtre, permettent une bonne protection des parties en bois et une plus grande stabilité à l’assemblage des tuiles faîtières. Une vaste terrasse surplombait la façade et les fenêtres étaient ouvragées de motifs en bois sculpté." (Extrait du livre de Françoise Grenot-Wang : Au coeur de la Chine, une Française en Pays miao", Ed. Albin Michel, 2007).


 

 

Publié dans artisanat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lisa 01/05/2008 14:28

Bonjour, je m'appelle lisa je suis du foyer des jeunes de mouzillon,ton blog est vraiment intéressant, on a tous hâte d'y être pour apprendre pleins de choses !

Françoise Grenot-Wang 07/05/2008 15:20


Bonjour Lisa, merci pour ce gentil message. Je me réjouis de recevoir bientôt votre bande de jeunes dynamiques et généreux.


tcha tomy 24/04/2008 12:44

ELLE EST TRES BELLE CETTE MAISON FANG FANG ON VOIT BIEN QU'ILS ONT MIS TOUS LEUR COEUR...

Junguilin 16/12/2007 20:15

Bonne initiative que ce blog... et un petit coup de blues en revoyant ta maison, si accueillante... Bises