trois familles Miao

Publié le par Françoise Grenot-Wang


L’instituteur du village de Yala est venu me demander si Couleurs de Chine*pouvait parrainer cinq garçons de son village. Même si la priorité de cette association va aux filles, je suis allée voir si ces familles avaient un réel besoin de cette aide.
Song Zhangmi a trois enfants dont un bébé qu’elle allaite. Après les fêtes du nouvel an, son mari est parti avec cinq hommes du village. Un inconnu les avait recrutés, leur promettant un bon travail à Pékin. Ils ont voyagé pendant deux jours et deux nuits, ils ont pris un train, puis un autre, puis encore un autre. Ils sont arrivés un jour en pleine campagne. Ils logeaient sous des tentes sommaires battues par le vent par un froid glacial. Ils changeaient souvent de lieu. Ils devaient porter des rails de chemin de fer très lourds qui leurs tombaient parfois sur les pieds. Leurs mains étaient pleines de crevasses. La nourriture était immangeable et les plus rapides avaient plus à manger. Au bout de six mois, ils ont décidé de rentrer chez eux. On ne leur a donné pour tout salaire que le prix du billet de retour.


Song Peimi a trois enfants de 13, 10 et 8 ans. Son mari est ausi parti "à Pékin". Il lui a raconté que les ouvriers étaient tout le temps en conflit. Il n’y avait aucune solidarité entre ces hommes venus de tous les coins de la Chine. Ils ne cessaient de se battre entre eux. Comme il est revenu sans un sou, il est reparti à Guigang pour essayer de gagner un peu d’argent en récoltant la résine de pin. Là-bas, il fallait monter avec des échelles en haut des arbres pour faire les entailles dans l’écorce. Il est tombé et s’est blessé. Peimi a dû faire à elle seule le travail dans les rizières pour nourrir la famille, dont deux vieillards qui ne peuvent pas l’aider.




yala1r.jpg
Le mari de Gao Toumi est parti avec les deux autres dans le nord du pays. Ils ne savaien pas où ils étaient. Ne sachant pas lire, il s’est renseigné et a appris qu’ils étaient dans le Shanxi, dans la région de Taiyuan. Ils n’ont jamais vu Pékin. Sur le chemin du retour, les hommes ont dû chercher du travail pour se nourrir. Ils ont travaillé sur un chantier de démolition. A la maison il n’y a pas d’argent pour acheter des bonbons aux enfants, les deux garçons ont grimpé à un arbre pour prendre le miel dans une ruche et se sont fait piquer par les abeilles. Ils avaient les bras et la tête tout enflés.

*www.couleursdechine.org

Publié dans Miao-Hmong

Commenter cet article

Graton benoit 26/05/2008 21:50

Kikou :Françoise et merci pour vôtre réponse.Je parraine une petite fille Miao ,j'ai recu son dossier il y a une semaine avec grand bonheur.Elle s'appelle Meiyi Yang ,du village de Longxu ,canton de Gongdong,district de Rongshui ,province du Guangxi.Vous la connaissez peut-être.Heureux que ces enfants est trouvés un parrainnage.Amicalement.

Graton benoit 24/05/2008 15:19

Kikou;Voilà un beau témoignage .La réalité sur la dure vie des Miao.Ont ils eux l'aide que le professeur vous a demandez pour ces trois famille .?.leurs situation a-t-elle changait?.Je ne suis pas riche mais si je peux prendre un ou deux enfant pour le parrainer et ainsi soulager une des familles çà serai avec plaisir .Même les garçons on besoin d'être aidés.Si vous pouvez me dire si c'est possible svp merci.Amicalement.

Françoise Grenot-Wang 25/05/2008 16:32


Bonjour Benoit. Merci de votre gentillesse, ces garçons ont trouvé des parrains. Mais si vous voulez parrainer un petit garçon ou une petite fille Miao, vous pouvez contacter l'association Couleurs
de Chine (www.couleursdechine.org).