teinture à l'indigo

Publié le par Françoise Grenot-Wang

L’hiver, les Miao des Grandes montagnes Miao portent un costume fait dans un coton tissé teint à l’indigo. Le bleu indigo est obtenu grâce à la « renouée tinctoriale ». La renouée est plantée au printemps et cueillie à l’automne. Les feuilles sont mises à fermenter sept jours dans un tonneau, on laisse décanter, puis on retire le dépôt et on ajoute de la chaux au liquide. Les feuilles décomposées sont retirées du liquide et de la chaux est ajoutée à ce bain de teinture qui forme alors une mousse bleu foncé. Enfin, on plonge le tissu à froid dans le bain de teinture obtenu : l’indigo. Ilindigo4r.jpg faut huit bains successifs pour obtenir une couleur bleu sombre. Entre chaque bain le tissu est mis à sécher au soleil. Le tissu teint est longuement martelé à l’aide d’un maillet de bois sur une pierre plate et badigeonné au blanc d’œuf ou au sang de bœuf, de façon à obtenir un effet brillant et violacé. Ce traitement donne aussi au tissu une texture résistante et imperméable, ne laissant passer ni le vent ni la pluie.Des broderies ou bandes tissées sont apposées sur les manches, le col et le plastron. Un vêtement ainsi fabriqué entièrement à la main est d’une très grande solidité.
Ju
calandrage-r.jpgsqu’à une époque récente, la fabrication des vêtements occupait plus de la moitié du temps de travail des femmes, allant de la culture du coton, le cardage, le tissage, la teinture à la couture et la broderie. Les tissus synthétiques ont tendance à remplacer les cotons traditionnels, mettant ces traditions anciennes en grand danger de disparition.

 

 

Publié dans artisanat

Commenter cet article