tissage

Publié le par Françoise Grenot-Wang

Aujourd'hui encore, dans certains villages Miao, Dong et Yao recultés du Guangxi et du Guizhou, les femmes tissent elles-mêmes le coton avec lequel elles font leurs vêtements. D'autres tissent les motifs qui seront assemblés sur le vêtement.
La trame est tendue puis peignée et enfin enroulée sur le métier à tisser. La tension des pédales permet les différents croisements entre la trame et la chaîne. Le doux bruit des navettes et de la tension des fils s'entend encore dans quelques villages reculés. Ailleurs, les femmes Miao ont relégué le métier à tisser dans un coin du grenier. D'ici quelques années, on ne verra plus les femmes tisser dans leur maison. Leur savoir-faire transmis à travers les générations depuis de nombreux siècles risque de se perdre à jamais.





Publié dans artisanat

Commenter cet article

Graton 10/05/2008 23:48

Bonjour Françoise.Mon prénom ces Benoit .Oui ,c'est vrai que leur vie est trés dure ,comme vous dites .Mais je crois qu'ils ont l'abitude et qu'ils ont un caractère bien forgé .Ils doivent prendre sa naturellement sans se plaindre peut-être.S'est des gens courageux.Comme vous dites en plus ils ont l'air pur ,une eau qui doit être potable ,solidaire et convivial.Arrivent-ils à vendre certain de leur produit?.Les anciens des villages s'inquietent-ils ,sur l'avenir de leur village ,puisqu'ils doivent assumer beaucoup de chose?.Vous qui êtes sur place ,vous croyez que la relève est assurer pour remplacer les anciens,et qu'ils seront capable de sauvegarder toute leurs belle coutumes.?.Chose que j'éspère,comme vous .Bon vent ,et que la vie de ces gens coulent paisiblement ,comme leur source.A bientôt.

Françoise Grenot-Wang 12/05/2008 02:01


Bonjour Benoit, vous avez très bien compris la mentalité des paysans Miao. Je pense que beaucoup d'entre eux vont rester au village, une petite partie seulement va partir définitivement. L'exil
dans les usines du Guangdong n'est que momentané. C'est le seul moyen pour eux de gagner un peu d'argent. Certaines coutumes vont peu à peu disparaître, mais les fêtes annuelles des lusheng et leur
mode de vie ne devrait pas beaucoup évoluer dans les prochaines années.


Graton 03/05/2008 16:31

Kikou!!.Françoise ,merci pour vôtre réponse.Je comprends, que vous faites ce que vous pouvez.Y-a-t'il quand même des jeunes, qui reste volontier dans leurs villages?.Ca doit être difficile de les retenir .Les anciens ,comment prennent il çà?.Sont ils frustrés de voir leurs enfants partir?.Peut-être que parmis ces jeunes ,il y en a qui reviennent ,non?.Désolé çà fait beaucoup de question.Mais ,je trouve cà interressant .C'est comme nos village en France,ou les jeunes les déserte.Pour trouvé un genre d'Eldorado dans les villes.Je trouve que c'est un peu domage,c'est un patrimoine qui s'enva à petit feu .J'ai lus ,vôtre commentaire sur la visite de divers village avec un groupe.çà Donne envi d'y aller.J'éspère que dans les années à venir,pouvoir découvrir cette merveilleuse région.Encore, bon courage pour se que vous faites .Amicalement.

Françoise Grenot-Wang 07/05/2008 15:18


Bonjour Graton. Merci pour ton soutien chaleureux. Il y a encore des jeunes dans les villages. Ils reviennent des usines du Guangdong au bout de quelques années de labeur. Mais après avoir acheté
une télé ou une moto, ils se retrouvent sans un sou vaillant. Certains repartent d'autres restent au village pour aider les personnes âgées. Les anciens doivent souvent faire tout le travail dans
les rizières, s'occuper des animaux, et des enfants restés à la maison. Leur vie est très dure, mais au moins ils ont l'air pur, l'eau des sources et leurs belles coutumes de solidarité et de
convivialité. Si vous voulez venir les rencontrer, n'hésitez pas à me contacter.


Graton Benoit 26/04/2008 22:28

Bonjour, Françoise.Je m'appel Benoit,Je suis l'heureu parrain d'une petite fille du Bangladesh ,qui s'appelle Aklima .Avec l'association vision du monde,que vous devez surment connnaitre.J'ai fais connaissance de vôtre association ,par l'intermédiare de personne, qui on parlait de vous ,et de se que vous faites ,sur le forum de vdm.Certaines parraines une enfant de CDC.Celà ma donner envie de faire comme elle.Donc, j'ai fais une demande pour parrainer une petite fille du primaire.J'attends avec patience mon dossier.Je serais heureu de pouvoir donner une chance ,à une enfant d'avoir un avenir meilleur .Avec les témoignages ,et les récits que vous nous faites partagés sur vôtre blog ,et les belles photos.Celà donne conscience du besoin de ces gens .Vraiment, je vous dis bravo pour, se que vous faites .Au sujet du tissage ,pourquoi vous pensez que le savoir faire va disparaitre dans l'avenir?.Es parce que les filles et les garçons ne suive pas la tradition ?.Les jeunes esseye dés qu'ils peuvent ,partir vers des villes plus importante, pour trouver un travail plus rémunéré.Es-ce que vous vous faites quelque chose ,pour sauvegarder se savoir-faire??.En navez-vous la possibilité.?Encore bravo pour vôtre travail en vers se peuples trés séduisant.Amicalement.Aurevoir.

Françoise Grenot-Wang 27/04/2008 07:28


Merci pour vos compliments qui me vont droit au coeur.
J'essaye dans la mesure de mes faibles moyens d'aider à développer quelques activités pour sauvegarder les savoir-faire, mais les jeunes s'intéressent moins à la musique traditionnelle qu'à la
musique à la mode des villes.