L'autoroute

Publié le par Françoise Grenot-Wang

Pingyou est un grand village Dong, situé dans le canton de Guping. Au milieu du village trône une belle tour du tambour, récemment restaurée. Malheureusement pour les villageois, un cataclysme est en train de s’opérer à proximité de ce village : la construction d’une autoroute. Partie d’un projet pharaonique devant relier Xiamen à Chengdu, les travaux de la tranche Shuikou à Guiyang dureront trois ans et chaque kilomètre d’autoroute coûtera cent millions de yuans. A peine le gouvernement central a-t-il annoncé cette décision que déjà les tunneliers et les pelleteuses ont envahi la région, dont certains endroits ressemblent aux régions sinistrées du Sichuan, tant la destruction de la nature est dramatique. Alors que des routes nationales du Guizhou au Guangxi sont encore seulement pierrées, que les villages sont inaccessibles par temps pluvieux sur les pistes de terre, transformées en torrents de boue, l’Etat chinois n’hésite pas à investir des sommes colossales pour construire des autoroutes qui ne serviront pas à améliorer la vie quotidienne des plus démunis des habitants de ce vaste pays.

Certaines routes sont en travaux et seront peut-être goudronnées dans un an ou deux. Les travaux sont faits entièrement à la main par de jolies dames Miao, à la force de leurs bras. Pour ce type de chantier, il semble qu’il n’y a pas autant d’urgence pour le gouvernement.

 

 

 

Publié dans voyages

Commenter cet article