coutumes matrimoniales

Publié le par Françoise Grenot-Wang

Une coutume matrimoniale était autrefois très répandue chez les minorités du sud de la Chine, en particulier chez les Tibéto-birmans du Yunnan, mais aussi chez les Miao du Guizhou qui l'ont conservée jusqu’à aujourd’hui  dans certains villages. Le mariage d’une jeune fille est arrangé par ses parents, souvent avec le fils de son oncle maternel. La jeune fille ne s’installe pas aussitôt chez son mari. Après les « fiançailles », elle retourne vivre chez ses parents pendant encore quelques années, pendant lesquelles elle se rend chez son mari à diverses occasions. Pendant cette période, elle jouit d’une relative liberté et d’autres garçons peuvent lui faire la cour. Si elle le souhaite, elle a le droit de rompre l’engagement pris par la famille, mais celle-ci doit compenser les pertes financières et morales. Tao, que j’avais rencontré il y a trois ans, vit toujours chez ses parents, mais depuis un an, elle rend visite à son fiancé.

Publié dans ethnologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article