l'invention du papier

Publié le par Françoise Grenot-Wang

Dans les vundefinedillages de montagne au Sud-est du Guizhou, on peut voir les femmes Pan Yao fabriquer leur propre papier à la maison. Sur un grand cadre de bois supportant une toile épaisse fixée avec des cordes est étalée une pâte liquide, que l’on fait sécher au soleil. On détache ensuite la feuille de papier qui est pliée et conservée ou vendue au marché du bourg le plus proche. Les Yao utilisent une écorce (photo) ou la paille de riz, macérée plusieurs jours de suite dans l’eau puis mélangée à un solvant, issu d’une racine sauvage. Grâce au papier artisanal, les Yao ont développé un art religieux unique. Chaque famille possède une série de 18 peintures représentant les divinités protectrices du peuple Yao, dont le fameux roi Pan, leur ancêtre-chien. Le papier des Yao sert également dans la région à fabriquer des chapeaux coniques (le papier huilé est inséré sous l’armature en bambou) et jusqu’aux années 1970, il était utilisé pour faire les parapluies et ombrelles, recouvert d’un vernis et collé sur une armature en bois.

Le "Pays du Milieu" est aussi le pays des « Trois grandes inventions » (san da faming) : le papier, la boussole et la poudre à canon. La boussole qui indiquait le sud avait la forme d’une cuiller aimantée posée dans un bol de métal. Elle leur permit de faire les premières grandes expéditions outre-mer, bien avant les Portugais. La poudre à canon fut inventée à des fins de pétards et feux d’artifices de Nouvel an et ils furent bien surpris de voir revenir cette poudre dans les canons occidentaux pointés sur eux lors de la Guerre de l’Opium. L’invention du papier est attribuée à Cai Lun, conseiller de l’empereur Hedi des Han, en 105 de notre ère. Le secret du papier a été jalousement conservé pendant plus de cinq siècles jusqu’à la papierYao-r.jpgcélèbre bataille de Talas qui a opposé les Chinois aux Arabes en 751. Les artisans pour sauver leur vie auraient livré le secret qui s’est alors répandu vers l’Occident.

Aujourd’hui, lorsqu’on observe les femmes Yao fabriquer leur papier, reprenant les gestes traditionnels millénaires de leurs ancêtres, on est en droit de se demander si ce ne sont  pas les Yao qui sont les véritables inventeurs du papier.

 

 

 

 

Publié dans artisanat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article